THE MYSTERY LIGHTS EN LIVE

Un concert qui restera dans les annales // Par Laetitia Lacourt - Photo David Leprince

Les 10 ans du Twist Komintern - Antipode MJC - Rennes - 29 juin 2018

Le concert n’était même pas fini que j’étais déjà en train d’imaginer comment me rendre, de Rennes à Bordeaux, le lendemain, pour les voir jouer à la Salle des Fêtes du Grand Parc.
Le concert n’était même pas fini que je me voyais déjà à Aix les Bains, à faire des balades ressourçantes (alors que j’ai horreur des trucs qui ressourcent) au bord du Lac du Bourget et le festival Musilac dans lequel ils sont programmés.
Le concert n'était même pas fini que je fantasmais sur des vacances à Sète fin juillet pour le Festival Sous les Rochers la Plage,
Le concert n’était même pas fini que je pensais déjà à la prochaine fois.
A cet obsessionnel besoin de remettre le couvert.

Finalement, un concert, c’est un peu comme une partie de jambes en l’air : il y a celui où tu te fais globalement chier, t’es là-mais t’es pas là, tu dodelines de la tête en pensant à ta liste de courses ; et puis celui où tu cumules 21 orgasmes.

Un concert des Mystery Lights est orgasmique. Il sont 5 sur scène mais tout se concentre autour de Mike, le chanteur, une longue asperge d’au moins 1m80, tâches de rousseur sur les bras, dégaine californienne, slim noir, des cuisses aussi épaisses que mon bras, converses noires, chemise noire et guitare rouge, portée à l’ancienne, très haute. Un cabri. Il saute, saute, saute. Et toi tu mates, mates, mates. Tu mates jusqu’à où il peut sauter. Tu admires la détente. Impossible de le quitter des yeux. Et puis, sa voix punk, ses petits biceps musclés qui perlent de sueur au bout de 3 chansons, mon t-shirt trempé au bout de 4, la rasade de vodka qui lui arrache une grimace à la 5ème, mon jean qui me colle aux cuisses à la 6, sa coupe de douille qui frisotte à la 7… Il fait chaud là non ?

Les mélodies s’enchaînent, rageuses et sauvages, c’est beau, c’est limpide, c’est tendu et efficace, ça couine, ça va droit au but, ça tape dedans, c’est… inébranlable, ça hurle à la lune aux premières notes d’un titre, toutes les 5 minutes, ça hurle à la fin aussi parce que les dernières notes de l'une se fondent parfaitement aux premières de l'autre, les cris sont coyotes, les riffs roulent, prennent les entrailles, c’est poisseux, les corps sont habités, le public ondule, c’est piquant et aride, psyché et garage, c’est survolté, c’est bouffe-bitume, c’est imparable et brut, ça fuzze et ça fuse, pas une seconde de répit, tout y est, c'est parfaitement troussé : l’album entier, le rappel, la cover (Dead Moon Night de Dead Moon), le bain de foule du chanteur, les nouvelles chansons,  la totale en 1h20. Prends ça dans la gueule. Bim. Cherche pas mieux, y’a pas.
 
The Mystery Lights- "Follow Me Home" (OFFICIAL VIDEO), by Laetitia


Des notes rampantes alternant lenteur et rapidité de Flowers in my hair au riff imparable de What happens you turn the devil down en passant par la mécanique évidente de Follow me home, le cri rageur de Too many girls, la si californienne Without me, la diabolique Can’t get though to my head et ses ho ho ho furieux : C'ETAIT UN PUTAIN DE CONCERT.
 
capture_decran_2018-07-02_a_10.23.18.png
capture_decran_2018-07-02_a_10.23.18.png, by Laetitia


Prochaines dates : 
07/07 Switzerland, Wettingen, Open Air 
11/07 Germany, Schorndorf, Club Manufaktur 
12/07 France, Aix-Les-Bains, Musilac festival 
13/07 Germany, Mainz, Kulturclub schön 
14/07 Netherlands, Haarlem, Kliko Fest 
15/07 Belgium, Brugge, Cactusfestival
19/07 Germany, Köln, Baumann & Sohn
20/07 Netherlands, Nijmegen, Valkhof festival 
21/07 Netherlands, Leeuwarden, Welcome To The Village 
24/07 Spain, Santander, City Feasts
25/07 UK, London, 100 Club
26/07 UK, Brighton, Sticky Mikes
28/07 France, Sète, Sous Les Rochers La Plage
03/08 Poland, Katowice, OFF Festival, Katowice 
04/08 Belgium, Liège, MicroFestival 
11/08 Switzerland, Eggersriet, Sur Le Lac Festival
16/08 Portugal, Parades, Paredes De Coura