Vous êtes ici

V/A Frantic City // par Alex Cyprine
Heureux de voir que Casbah Records cherche des chroniqueurs, je me lance à corps perdu dans ce qu'ils appellent la Casbah Nostra. Ça tombe bien les trucs mafieux ça me connait, je viens de Marseille et je suis issu d'une famille de proxénètes, pas de vulgaires macro non, mais des proxo à l'ancienne, tenancier de bars américains et de cabarets frivoles aux noms douteux, « le pussycat », « le plaisir d'éden », ou encore « la turlutte ». Pas étonnant donc que j'aime organiser des soirées vicelardes dans les coins sombres de Marseille.
Tout ça pour en venir donc à ma première chronique qui est apparue comme une évidence, quant aux disques proposés. Je reçois une Dropbox avec pleins de chouettes trucs dedans, tiens je vois même mon groupe et des trucs que j'ai sorti sur mon label. Bon évidemment, je vais chroniquer quelque chose avec lequel je n'ai pas d'affiliation. Et là tout à coup je ressens le même effet que quand on passe devant McDo, vous savez l'odeur du bon burger américain qui se propage dans la rue et qui vous traine jusqu'à l'entrée du fast food. HAMBURGER SAIGNANT, je lis ou plutôt je me le mets en images avec ses frites et son soda light. Ça tombe très bien, j'ai un petit creux, et la semaine dernière, j'ai reçu en main propre de Xavier de REGAL, qui venait de faire un super concert dans notre cabaret musical, la fameuse galette, ou plutôt le burger. La première chose qui me saute aux yeux, c'est cette superbe pochette signée Antoine Marchalot, surement ma préférée de 2014, un burger genre qu'auraient pu manger les tortus ninjas s'ils en avaient marre de la pizza. Ca sent les années 85-95, d'un coup, je pense à Jurassic Park, les Gremlins, les Goonies et Wayne's World. Tiens, c'est marrant, mais je suis sûr que c'est aussi les années de jeunesses des protagonistes de cette compile.
Bon du coup, je vais éviter la version MP3, et me mettre le vinyle ce qui sera surement plus approprié. J'en profite pour mater le label qui sort cette merveille, FRANTIC CITY. Ah tiens, c'est le label de Bart, le mec qui officie dans un nombre incalculable de groupes, le dernier en date si j'ai bien suivi, c'est les Skeptics.
Donc pour l'heure, on va s'écouter 15 groupes français et belges qui font du garage, c'est pratique, c'est comme le porc salut, c'est écrit dessus. Je ne vais pas passer en revue chaque groupe, car ça serait trop long. Dans l'ensemble on a du bon garage lo-fi , où les voix sont souvent « trafiquées » pleines de reverb et de delay , ce qui fait qu'on ne comprends pas souvent les paroles. Mais merde, on s'en fout des paroles ! C'est primitif, c'est sale, et accrocheur ! Y a quelques trucs « bizarres » aussi, le morceau de Pierre & Bastien en français, bien débile et le morceau de Forever Pavot qui clôture le disque en mode reggae sous LSD, et fini dans une version « j'écoute le disque à l'envers » pour entendre les louanges à Satan.
À noter d'ailleurs un groupe monté pour l'occasion les Forever Skeptics, mélange de Forever Pavot et Skeptics, avec le titre Don't Call Me Lucifer. Du coup, je me pose la question d'une machination sataniste à travers ce disque. Merde, le burger, des titres à l'envers, des morceaux où l'on parle de Satan, de drogues et d'amour. Je prends une carte , note les villes où sont basés les groupes, Paris, Rennes, Bordeaux, Bruxelles, Toulouse, je relie les villes entre elles, et surprise je vois apparaitre un pentagramme.... Pas de doute alors, je me rends immédiatement au kebab le plus proche me prendre un bon hamburger saignant, histoire d'honorer le Malin.