Vous êtes ici

« ANNA, Maillot à pois ! » // par Super Poncho
 
          Montagne Sacrée et l'Espace B organisaient vendredi dernier la release party de Lemon Swell, le side-project d'un Bad Pelicans en quête de douceur et volupté. Pour l'accompagner, Hawaï Burger mais surtout ANNA, dont le set nous aura fait gravir les 14 sommets de plus de 8000 mètres en moins d'une heure.
 

          Ce 10 mars 2017 marque le début d'une informelle résidence entre Super Poncho et l'Espace B. Entre les Blondi's Salvation, Chicos de Nazca, Moaning Cities, The Holydrug Couple ou encore Kikagaku Moyo, j'ai comme l'impression que les programmateurs ont placé mon Ipod Nano Gris 2go sous écoute. Mais la collaboration avec les locataires du 16 rue Barbanègre commençait avec ANNA. Autant le dire tout de suite, je n'ai pas vu les deux premiers groupes et m'en excuse platement. 
 
          Mais ne fallait-il pas au contraire se réserver pour l'ultime groupe ? Parce qu'attention, ANNA en live, c'est STRATOSPHÉRIQUE ! Le genre de truc qui te fait réfléchir sur le sens de la vie et autres conneries métaphysiques !
 
Le groupe le plus méconnu et sous-estimé du moment
 
          C'est vrai que les disques d'ANNA ne sont pas les plus accessibles. La raison à cela : Martin, le compositeur, n'aime pas le tout venant. La facilité, c'est pas son truc. Il s'interroge tout le temps sur de nouvelles sonorités, réarrange constamment et pense des compositions qui, à l'heure actuelle, seuls les boyaux de son cerveau sont capables d'imaginer.
 
          Les évolutions de son backing-band sont aussi récurantes que les changements de rythme dans ses morceaux. Actuellement, c'est lui à la guitare, une basse, une batterie et un énorme Farfisa. Faut entendre ce dernier remplir l'Espace B de toute sa chaleur pendant Pavement pour comprendre son importance. Et comment ne pas parler de la voix de Martin ? Un bal d'effet pour elle et une étrangeté salvatrice pour notre monsieur Loyal de ce set.
 
          Et quel jeu de guitare ! Avec Martin, on est en présence d'un vrai guitar hero ! Quelle classe ! Prenez-vous Orient Fog en pleine tronche et venez me dire que votre vision du monde n'a pas évolué ! Je mets ma main à couper que si François Fillon entend ce titre, il offre un emploi fictif à Martin dans la demi-heure qui suit ! Face à un tel talent, la légalité n'est qu'une lointaine chimère.

          Réduire l'exceptionnelle musique d'ANNA à de la pop lo-fi serait lui faire injure. Ce concert est une magnifique vitrine d'un genre que seule la codification musicale actuelle semble pouvoir circonscrire. Avec ANNA, on sort du brouillard, on aperçoit de nouvelles choses. Et rien que pour ça, merci.